Si vous êtes arrivés sur cette page, c’est parce que vous êtes convaincu qu’une prestation de référencement pas cher peut vous apporter de la visibilité sur le web. Ou que vous êtes curieux de savoir comment se positionner sur les premiers résultats des moteurs de recherche sans investir gros. Aujourd’hui, nous vous proposons l’une des solutions pour référencer votre site à moindre prix : l’externalisation à Madagascar.

Depuis l’année 2012, la Grande île s’impose comme l’une des destinations incontournables pour l’outsourcing. Cela s’explique notamment par les tarifs appliqués par les start-up BPO sur place. Ils sont largement inférieurs à ceux de l’Ile Maurice ou du Maroc. Avec moins de budget à attribuer à la collecte de données, à la création de sites ou au référencement, de plus en plus de start-up étrangères choisissent de s’orienter vers l’offshoring à Madagascar. Mais revenons au référencement, pourquoi le tarif est moins cher qu’ailleurs dans cette île ?

referencement pas cher madagascar

Main d’œuvre peu chère

C’est sans nul doute la principale raison qui explique la faiblesse des prix de référencement à Madagascar. Dans l’île, le salaire net d’un référenceur débutant en interne est de 100 € en moyenne, avantages sociaux et primes non inclus. Une somme, qui semble très faible par rapport aux rémunérations en Europe, mais qui pourtant constitue un bon salaire à Madagascar. En effet, le coût de la vie y est plus abordable par rapport aux pays étrangers.

Des tarifs dégressifs

Le prix proposé par une agence web à Madagascar est souvent dégressif. Il baisse généralement en fonction du volume de sites à référencer ou du nombre de textes à écrire pour la rédaction. Ce qui permet aux entreprises sous-traitant leur référencement dans la Grande île de baisser leurs dépenses en matière de webmarketing.

Notons que les référenceurs malgaches sont en grande partie francophones. Cependant, il est possible de solliciter des prestations en référencement pour les langues étrangères comme l’anglais, l’italien, l’espagnol, le chinois et l’allemand. Des services effectués par des sortants du département Lettres et sciences humaines de l’université de Tananarive, de l’Institut Confucius (pour le chinois) ou par d’anciens étudiants ayant fait leurs études à l’étranger.